L’Afer unie derrière son président

visuel post tribune L’Afer unie derrière son président

Une fois n’est pas coutume, l’Assemblée générale de l’Afer, qui s’est tenue le mercredi 27 mai, n’a pas laissé de place aux querelles intestines.

« Une fois 700 000, ça représente une force bien plus puissante que 700 000 fois un »

a martelé Gérard Bekerman, président de l’Association française d’épargne et de retraite (Afer), devant les critiques émanant de « groupuscules » d’adhérents : « On ne construit pas en étant « contre », mais « pour ». » Le vote a eu raison des minoritaires et les dix résolu-tions proposées par le conseil d’administration ont été approu-vées par 90% à97% des voix. Avec ses 700 000 assurés et ses 40 Md € d’encours, l’association veut rester « l’interlocuteur représentatif des épargnants auprès des pouvoirs publics». Invité surprise, le ministre du Budget, Éric Woerth, a tenu à rassurer les 1500 adhérents présents sur le creusement du déficit français, seule manière de financer le plan de soutien à l’économie sans accroître les pré-lèvements obligatoires.

Un contrat dépendance

Il a aussi éloigné le spectre d’un retour de l’inflation qui écornerait l’épargne. Le lancement d’un contrat dépendance est toujours à l’étude. «On aimerait bâtir un produit nouveau, donnant des réponses nouvelles », a indiqué Jean-Pierre Ménanteau, président d’Aviva, partenaire assureur de l’Afer. On sait d’ores et déjà que ce sera un contrat individuel qui comprendra des prestations d’as-sistance spécifiques, comme l’aide à la recherche d’établissements de retraite. À la fin avril, la collecte brute de l’Afer atteint 834 M€, en recul de 6,7% par rapport à fin avril 2008 et 87% des versements s’effectuent sur le fonds en euros.

Interview réalisée le 05/06/09 par Vittoria DE BAGNOLO pour Argus de l’Assurance N°7124

Derniers articles

À propos de Gérard Bekerman